Pourquoi nous avoir caché la multiplication étonnante des cas de , après les vaccinations de masse dans le monde entier : multiplication par 6 des cas de variole aux Philippines en 1918 après la vaccination, par 2 des cas de diphtérie en France ou par 7 en Allemagne en 1935 après le vaccin anti-diphtérique, etc… Pourquoi une étude réalisée en Californie en 2010 montre-t-elle que 92 % des enfants atteints de coqueluche étaient vaccinés ? Pourquoi nous a-t-on caché que des milliers de malades neurologiques graves avaient en commun le vaccin contre l’hépatite B ? Pourquoi 13 pensionnaires d’une maison de retraite, vaccinées contre la grippe, sont-elles mortes de la grippe l’hiver 2005 ? Pourquoi l’ (dont le nombre de cas s’est multiplié par 10 en 5 ans aux U.S.A.) ne touche-t-il pas les enfants non vaccinés ? Pourquoi nos experts sont-ils dans le déni systématique du lien de causalité entre et graves handicaps ? Pourquoi nous aurait-on menti ? Et que faire pour nos enfants risquant des effets secondaires graves, uniquement car « c’est obligatoire » ? Comment la Justice réagit-elle ? Cette obligation ne serait-elle pas contraire au droit Européen, comme l’a laissé entendre la Cour de Strasbourg ? Les ne sont en effet plus obligatoires que dans 5 pays sur les 27 que compte l’. Jean-Pierre Joseph est avocat au Barreau de Grenoble, auteur de « Les radis de la colère » qui montre les aberrations de la chasse aux sectes en France et du roman « Même les beaufs en robe noire dansent avec le diable ».

Vaccins – On nous aurait menti ? L’avis d’un avocat

Commentaires