Le cours donné par Vladimir Poutine en début d’année scolaire a soudainement attiré l’attention des occidentaux en provoquant une véritable hystérie de l’autre côté de l’océan.

Les américains ont présenté les propos du chef de l’Etat russe, disant que celui qui sera le leader en matière d’intelligence artificielle (IA) sera le seigneur du monde, en une image apocalyptique de meurtres impitoyables qui seront perpétrés par «l’IA russe» sur les champs de bataille, sans s’empêcher de se laisser aller à des fantaisies pour montrer avec quelle efficacité travaillera alors la propagande poutinienne robotisée sur les réseaux sociaux américains.

Elon Musk a jeté de l’huile sur le feu en citant Poutine dans le contexte de sa campagne d’attisement de l’hystérie autour des recherches dans le domaine de l’IA, après quoi des journalistes et des analystes ont exigé en chœur que la menace de l’usage de l’IA par la soit prise très au sérieux.

Et un jour on assistera certainement dans le champ médiatique à des appels à décréter des sanctions contre la pour contrer cette nouvelle menace pour la démocratie mondiale et les valeurs libérales.

Il est à noter que les médias américains, par exemple CNN, tentent de rassurer les lecteurs tout en les effrayant.

On parvient à créer un tel effet en combinant deux thèses. La première: la Russie a énormément de retard sur les et la Chine dans le domaine des recherches avancées sur l’IA et, par conséquent, les élaborations russes en la matière seront «médiocres». La deuxième: l’IA russe compensera sa «stupidité»par sa cruauté absolue et l’absence de limites morales. A titre d’exemple positif on cite la doctrine américaine interdisant de concevoir des armements entièrement autonomes capables de prendre eux-mêmes des décisions sur l’usage de la force létale.

Ainsi, à titre de preuve de la mauvaise intention de la Russie est sous-entendue l’absence de telles restrictions au ministère russe de la Défense. En outre, CNN construit pour le lecteur une chaîne logique: la Russie est un pays avec une population qui se réduit et une économie mourante, et donc le «dirigeant autoritaire Poutine» s’efforcera de compenser ces problèmes par la «cruauté dans l’exploitation des nouvelles technologies». Entendre des admonestations sur l’usage moral des nouvelles technologies de la part des propagandistes d’un pays qui a bombardé Hiroshima et Belgrade et qui a utilisé l’arme chimique au Vietnam est à la fois ridicule et répugnant, mais il faudra s’y habituer. A la liste des crimes mythiques de la Russie envers la communauté internationale s’ajoutera bientôt la mise au point de méthodes malsaines d’utilisation des technologies informatiques, sauf que les «hackers russes» céderont la place aux «robots russes» dans les actualités et les scandales diplomatiques.

Les partenaires américains sont particulièrement préoccupés par la perspective de l’utilisation de la «propagande robotisée»contre les laquelle, du point de vue des politologues et des experts américains, a déjà prouvé son efficacité. Dans le champ médiatique russe est passée pratiquement inaperçue la nouvelle scandaleuse sur les audiences au congrès concernant l’influence de «bots de propagande» russes sur la politique et l’économie américaines. Dans le cadre de ces audiences l’experts en sécurité informatique et ex-agent du FBI Clint Watts a déclaré aux sénateurs que les «bots» russes, malgré un niveau d’automatisation très primitif, ont déjà réussi à influencer la perception par les Américains des nouvelles importantes et ont même été capables d’influencer le prix des actions des compagnies américaines en bourse.

Il n’est pas exclu que le prochain crash de Wall Street sera expliqué par les agissements de robots russes et de la panique des investisseurs inspirée par Moscou sur les réseaux sociaux.

Dans le contexte de l’efficacité de la propagande robotisée russe le journaliste de CNN écrit que «les renseignements poutiniens disposent d’une technologie IA capable de créer le flux de propagande et de mensonge le plus efficace de toute l’histoire». Manifestement les collègues américains sont simplement jaloux.

Le journaliste de l’agence de presse Bloomberg a trouvé une autre raison d’envie et d’inquiétude en décrivant les recherches militaires russes dans le secteur d’utilisation de l’IA en notant également que l’armée russe organise déjà des expériences avec l’organisation réseaucentrique des activités militaires en Syrie. La conclusion de cet article n’est pas rassurante — en dépit du retard dans les technologies civiles et les restrictions qui frappent les compagnies commerciales russes, il existe de sérieux progrès et un grand potentiel dans le secteur militaire prioritaire en Russie.

Dans ce contexte la Russie doit prendre très au sérieux les initiatives d’Elon Musk qui, le mois dernier, a prôné la mise au point d’une nouvelle convention de l’Onu interdisant les recherches dans le domaine de l’armement robotisé. Elon Musk a déjà été rejoint par une centaine d’activistes et d’hommes d’affaires influents représentant essentiellement les USA et d’autres pays de l’Otan.

Il est fort probable que comme dans le cas de la campagne pour interdire l’usage de l’énergie nucléaire en UE et au Japon nous assistions à une tentative typique de cimenter l’avantage technologique des USA sous un prétexte humanitaire ou environnemental. Il ne fait pas l’ombre d’un doute que les USA, même en cas de signature d’une telle convention, ne cesseront pas leurs recherches en la matière, tout comme il ne fait aucun doute que la campagne hystérique d’Elon Musk sera utilisée pour exercer une pression médiatique, politique, puis, probablement, de sanctions sur les pays qui ne voudront pas quitter délibérément la course à la domination technologique dans le domaine de l’IA. Même l’agence Bloomberg reconnaît que la Russie ne sera pas la seule à s’opposer à l’idée des partisans d’interdire la conception de robots de combat. La Chine et l’Inde n’accepteront certainement pas non plus de se rendre à la merci des USA. Cela signifie que les futurs problèmes des pays occidentaux, notamment des USA, seront de plus en plus expliqués par les manigances des robots russes travaillant dans le domaine de la propagande, de l’espionnage ou des opérations militaires.

Ce n’est pas une raison de suspendre les recherches ni qui plus est présenter des excuses. Dans le cas présent il vaut mieux être que paraître, et plus les lansquenets robotisés russes pour les guerres informatiques et conventionnelles seront efficaces, mieux c’est. Et quand (et si) sera créée une IA russe à part entière, il faudra obligatoirement y connecter un module de bon sens de l’humour, car même une IA d’origine russe n’appréciera pas de lire ce qu’écrivent à son sujet les journalistes et les experts occidentaux.

Source

Commentaires