la plupart des malades atteints du en phase terminale ont précédemment subi cette intervention dentaire

Avez-vous une maladie dégénérative chronique ? Si oui, avez-vous été informé que « c’est juste dans votre tête ? ». Eh bien, ce n’est peut-être pas loin de la vérité…

La cause réelle de votre maladie pourrait se trouver dans votre bouche.

Il y a une procédure dentaire fréquente dont presque tous les dentistes vous diront que c’est complètement sans danger, en dépit du fait que les scientifiques ont mis en garde contre ses dangers depuis plus de 100 ans.

Chaque jour aux Etats-Unis seulement, 41 000 de ces procédures dentaires sont pratiquées sur des patients qui croient qu’ils ont résolu leur problème en toute sécurité et de façon permanente.

Quelle est cette procédure dentaire ?

La dévitalisation.

Plus de 25 millions de dévitalisations sont effectuées chaque année dans ce pays.

Les dents dévitalisées sont essentiellement des dents mortes qui peuvent devenir des incubateurs silencieux pour les bactéries anaérobies hautement toxiques qui peuvent, sous certaines conditions, faire leur chemin dans la circulation sanguine et causer un certain nombre de graves affections, dont la plupart peuvent n’apparaître que des décennies plus tard.

La plupart de ces dents toxiques paraissent sans problème pendant de nombreuses années, ce qui rend leur rôle dans une maladie systémique encore plus difficile à retracer.

Malheureusement, la grande majorité des dentistes sont inconscients des graves risques de potentiels qu’ils font courir à leurs patients, des risques qui persistent pour le reste de la vie de leurs patients. L’Association Dentaire Américaine (The American Dental Association) prétend que les arbres canalaires des dents dévitalisées se sont avérés sans danger, mais ils n’ont publié aucune donnée ni de réelle recherche pour étayer cette affirmation.

Heureusement, j’ai eu quelques mentors tôt dans ma vie, comme le Dr Tom Stone et le Dr Douglas Cook, qui m’ont enseigné sur cette question il y a près de 20 ans. Sans un dentiste pionnier brillant, qui, il y a plus d’un siècle, fait le lien entre les dents dévitalisées et la maladie, cette cause sous-jacente de la maladie aurait pu rester cachée jusqu’à ce jour. Ce dentiste s’appelait Weston Price et est considéré par beaucoup comme le plus grand dentiste de tous les temps.

Weston A. Price: le plus grand dentiste du monde

La plupart des dentistes rendraient un énorme service à la santé publique s’ils se familiarisaient avec les travaux du Dr Weston Price (1). Malheureusement, ses travaux sont toujours ignorés et cachés par les professionnels médicaux et dentaires.

Le Dr Price était un dentiste chercheur qui a parcouru le monde pour étudier les dents, les os, et les régimes alimentaires des populations indigènes vivant sans le « bénéfice » de la nourriture moderne. Vers l’année 1900, Price avait traité des infections persistantes de l’arbre canalaire et a suspecté que les dents traitées de cette façon restaient toujours infectées, en dépit des traitements. Puis, un jour, il a recommandé à une femme clouée à son fauteuil roulant depuis 6 ans, de se faire extraire sa dent dévitalisée, même si elle semblait être saine.

Elle a accepté, il a extrait sa dent puis l’a implantée sous la peau d’un lapin. Le lapin a étonnamment développé la même arthrite invalidante que la femme et est mort 10 jours plus tard de l’infection. Mais la femme désormais débarrassée de la dent toxique, a immédiatement récupéré de son arthrite et pouvait alors marcher sans même l’aide d’une canne.

Price a découvert qu’il est mécaniquement impossible de stériliser une dent dévitalisée et obturée.
Il a ensuite montré que de nombreuses dégénératives chroniques proviennent de racines obturées, la plus fréquente étant des de coeur et circulatoires. Il a trouvé effectivement 16 agents pathogènes bactériens différents pour ces affections. Mais il y avait aussi de fortes corrélations entre les dents aux racines obturées et les des articulations, du cerveau et du système nerveux. Le Dr Price a ensuite écrit deux livres révolutionnaires en 1922, détaillant ses recherches sur le lien entre la pathologie dentaire et les chroniques. Malheureusement, son travail a été délibérément enterré pendant 70 ans, jusqu’à ce que, finalement, un endodontiste nommé George Meinig reconnaisse l’importance du travail de Price et cherche à faire connaître la vérité.

Le Dr Meinig fait avancer les travaux du Dr Price

Le Dr Meinig, originaire de Chicago, était capitaine dans l’armée américaine pendant la Seconde mondiale avant de déménager à Hollywood pour devenir un dentiste pour les stars. Il a fini par devenir l’un des membres fondateurs de l’Association Américaine des Endodontistes (les spécialistes de l’arbre canalaire).

Dans les années 1990, il a passé 18 mois immergé dans la recherche du Dr Price. En juin 1993, le Dr Meinig a publié le livre Root Canal Cover-Up (le secret sur l’arbre canalaire), qui continue à être la référence la plus complète à ce sujet aujourd’hui. Vous pouvez commander votre exemplaire directement à Price-Pottenger Foundation (2).

Ce que les dentistes ne savent pas sur l’anatomie de vos dents

Vos dents sont faites des substances les plus dures de votre corps.

Au milieu de chaque dent, se trouve la chambre pulpaire, une structure interne vivante qui abrite les vaisseaux sanguins et les nerfs. Autour de la chambre pulpaire se trouve la dentine, qui est faite de cellules qui sécrètent une substance minérale dure et vivante. La couche la plus externe et la plus dure de votre dent est l’émail blanc qui enrobe la dentine.

Les racines de chaque dent descendent dans votre mâchoire et sont maintenues en place par le ligament parodontal. A l’école dentaire, les dentistes apprennent que chaque dent a quatre canaux principaux. Cependant, il y a des canaux accessoires qui ne sont jamais mentionnés (canalicules dentinaires). Ils font littéralement, des kilomètres!

Tout comme votre corps a de grands vaisseaux sanguins qui se ramifient en très petits capillaires, chacune de vos dents a un labyrinthe de minuscules tubes qui, s’ils étaient étalés, mesureraient 4,5 kilomètres. Weston Price a identifié pas moins de 75 canaux accessoires séparés dans une seule incisive centrale (dent de devant). Pour une explication plus détaillée, se reporter à un article de Hal Huggins, DDS, MS, sur le site de la Fondation Weston A. Price (3). (Ces images sont empruntées à l’article de Huggins).

Des organismes microscopiques se déplacent régulièrement dans et autour de ces tubules, comme les spermophiles dans les souterrains.

Quand un dentiste effectue un traitement de canal, il ou elle creuse la dent, puis remplit la cavité avec une substance (appelée gutta-percha), qui coupe la dent de son approvisionnement en sang, de façon à ce que les fluides ne puissent plus circuler dans la dent. Mais le labyrinthe de minuscules tubes reste. Et les bactéries, coupées de leur approvisionnement alimentaire, se cachent dans ces tunnels où elles sont remarquablement à l’abri des antibiotiques et de vos propres défenses immunitaires.

La cause profonde de nombreuses maladies

Sous le stress de la privation d’oxygène et de nutriments, ces organismes jusqu’alors amis se transforment en anaérobies plus forts, plus virulents qui produisent une variété de toxines puissantes. Ce que furent des bactéries amies ordinaires, mutent en des agents pathogènes hautement toxiques qui rôdent dans les tubules (canalicules) de la dent morte, juste dans l’attente d’une occasion de se propager.

Aucune stérilisation si forte soit-elle ne s’est avérée efficace pour atteindre ces tubules et à peu près toute dent dévitalisée a été trouvée colonisée par ces bactéries, en particulier autour de l’apex et le ligament parodontal. Souvent, l’infection s’étend dans la mâchoire elle-même où elle crée des cavitations de zones de tissu nécrotiques.

Les cavitations sont des zones d’os non cicatrisées, souvent accompagnées par des poches de tissu infecté et de gangrène. Quelquefois, elles se forment après l’extraction d’une dent, (comme l’extraction d’une dent de sagesse), mais elles peuvent également suivre un canal radiculaire. Selon la Fondation Weston Price, dans les dossiers de 5000 nettoyages de cavitations chirurgicales, seulement deux ont été trouvées guéries.

Et tout cela a lieu avec peu, ou pas du tout de symptômes associés. Ainsi, vous pouvez avoir un abcès sur une dent morte et ne pas en prendre conscience. Cette infection locale dans la zone immédiate de la racine de la dent dévitalisée est assez mauvaise, mais les dégâts ne s’arrêtent pas là.

Les dents dévitalisées peuvent conduire à des maladies de coeur, des reins, des os, et du cerveau

Tant que votre système immunitaire reste fort, les bactéries qui s’égarent loin de la dent infectée sont capturées et détruites. Mais une fois que votre système immunitaire est affaibli par quelque chose comme un accident ou une maladie ou d’autres traumatismes, votre système immunitaire peut être incapable de garder l’infection en échec.

Ces bactéries peuvent migrer dans les tissus environnants par la voie de votre circulation sanguine où elles sont transportées vers de nouvelles zones pour s’y installer. Le nouvel emplacement peut être n’importe quel organe ou glande ou tissu.

Le Dr Price a pu transmettre des maladies hébergées par l’homme à des lapins, en implantant des fragments de dents dévitalisées, comme décrit plus haut. Il a trouvé que des fragments de dent dévitalisée d’une personne qui avait subi une crise cardiaque, implantés sur un lapin, provoqueraient une crise cardiaque chez le lapin en quelques semaines après l’implantation.
Il a découvert qu’il pouvait transférer une maladie cardiaque au lapin dans 100 % des cas. D’autres maladies sont transférables à plus de 80 % par ce procédé. Presque toutes les maladies dégénératives chroniques ont été liées à des dents dévitalisées, comme:

  • Maladies cardiaques
  • Maladie des reins
  • L’arthrite, les maladies articulaires et rhumatismales
  • Maladies neurologiques (y compris la sclérose amyotrophique latérale et la sclérose en plaques).
  • Maladies auto-immunes (Lupus, et autres)

Il peut également y avoir un lien avec le cancer. Le Dr Robert Jones, un chercheur sur la relation ente les dents dévitalisées et le cancer du sein, a trouvé une très forte corrélation entre les deux (4). Il déclare avoir trouvé les corrélations suivantes dans une étude de cinq ans de 300 cas de cancers du sein:

  • 93 % des femmes atteintes d’un cancer du sein avaient des dents dévitalisées
  • 7 % avaient une autre pathologie buccale
  • Les tumeurs, dans la majorité des cas, se produisaient du même côté du corps que la dent dévitalisée ou d’autre pathologies buccales.

Le Dr Jones affirme que les toxines de bactéries dans une dent ou la mâchoire infectée sont capables d’inhiber les protéines qui suppriment le développement des tumeurs. Un médecin allemand a rapporté des résultats similaires. Le Dr Josef Issels a rapporté que, dans ses 40 années de traitement des patients cancéreux « terminaux », 97 % de ses patients atteints de cancer avaient des dents dévitalisées. Si ces médecins voient juste, le remède contre le cancer peut être aussi simple que d’arracher une dent, puis de reconstruire votre système immunitaire.

Les bonnes bactéries deviennent des mauvaises bactéries

Comment ces bactéries buccales mutantes sont-elles reliées aux maladies du coeur ou à l’arthrite? L’ADA (The American Dental Association )et le AAE (The American Association of Endodontists) déclarent que c’est un « mythe » que les bactéries trouvées dans les dents dévitalisées et autour puissent provoquer des maladies (5). Mais ils se fondent sur l’hypothèse erronée que les bactéries de ces dents malades sont les MEMES que les bactéries normales de votre bouche – et ce n’est clairement pas le cas.

Aujourd’hui, les bactéries peuvent être identifiées en utilisant l’analyse de l’ADN, qu’elles soient mortes ou vivantes, à partir de leurs signatures d’ADN.

Dans une poursuite des travaux du Docteur Price, le Toxic Element Research Foundation (TERF) (Fondation de Recherche des Eléments Toxiques), a effectué l’analyse d’ADN pour examiner les dents dévitalisées, et ils ont trouvé une contamination bactérienne dans 100 % des échantillons testés. Ils ont identifié 42 espèces différentes de bactéries anaérobies dans 43 échantillons d’arbres canalaires. Dans la cavitation, 67 bactéries différentes ont été identifiées parmi les 85 échantillons testés, avec des échantillons individuels abritant de 19 à 53 types de bactéries chacun. Les bactéries qu’ils y trouvaient comprennent les types suivants:

  • Capnocytophagaochracea (6)
  • Fusobacteriumnucleatum (7)
  • Gemellamorbillorum (8)
  • Leptotrichiabuccalis
  • Porphyromonasgingivalis (9)

Est-ce qu’il s’agit de simples bactéries buccales bénignes? Absolument pas. Quatre peuvent affecter votre coeur, trois peuvent affecter vos nerfs, deux peuvent affecter vos reins, et deux peuvent affecter votre cerveau et une peut infecter vos sinus….. alors, elles sont tout sauf amicales! (Si vous voulez voir à quel point elles peuvent être hostiles, je vous invite à aller plus loin en étudiant dans les notes de bas de page).

Environ 400 pour cent plus de bactéries ont été trouvées dans le sang autour de la dent dévitalisée que dans la dent elle-même, ce qui suggère que la dent est l’incubateur et le ligament parodontal l’approvisionnement alimentaire. L’os entourant les dents dévitalisées comporte un nombre encore plus élevé de bactéries…. ce qui n’est pas étonnant, car l’os est le buffet virtuel des nutriments des bactéries.

Depuis quand est-ce une bonne idée de laisser une partie du corps morte dans votre corps?

Il n’existe aucune autre procédure médicale impliquant de laisser une partie morte dans votre corps. Lorsque votre appendice est mort, on le retire. Si vous avez des engelures, ou la gangrène sur un doigt ou un orteil, il est amputé. Si un bébé meurt in utéro, le corps déclenche généralement une fausse couche.

Votre système immunitaire n’aime pas les substances mortes et la seule présence d’un tissu mort peut conduire votre système à lancer une attaque, ce qui est une autre raison d’éviter de dévitaliser une dent, ce qui revient à laisser une dent morte.

L’infection, plus la réaction de rejet auto-immun, entraînent une accumulation de bactéries autour des tissus morts. Dans le cas d’un arbre canalaire, les bactéries ont la possibilité de se déverser dans votre sang à chaque fois que vous mordez.

Pourquoi les dentistes s’accrochent à la croyance que les dents dévitalisées sont sans danger

L’ADA rejette le témoignage du Dr Price, affirmant que les dents dévitalisées sont sûres, mais ils n’offrent pas de données publiées ni de recherches réelles à l’appui de leur déclaration. L’American Heart Association (L’Association Américaine pour le Coeur) recommande une dose d’antibiotiques avant de nombreuses procédures dentaires de routine pour prévenir l’endocardite infectieuse (IE) si vous avez certaines maladies cardiaques qui vous prédisposent à ce type d’infection.

Donc, d’une part, l’ADA reconnaît que les bactéries buccales peuvent faire le chemin de votre bouche à votre coeur et provoquer une infection potentiellement mortelle.

Mais en même temps, l’industrie nie avec véhémence toute possibilité que ces mêmes bactéries toxiques – des souches connues pour être pathogènes pour l’homme, puissent se cacher dans les racines de vos dents mortes pour être libérées dans votre sang chaque fois que vous mâchez, et nuire ainsi à votre santé de multiples façons.

Est-ce qu’il n’y a donc aucun lien? Ou se pourrait-il qu’il y ait une autre raison pour laquelle tant de dentistes, ainsi que l’ADA et l’AAE refusent d’admettre que les dents dévitalisées sont dangereuses? Eh bien, oui, il y a une raison. Les dents dévitalisées sont la procédure la plus rentable en dentisterie (10).

Ce que vous devez savoir pour ÉVITER une dévitalisation

Je recommande fortement de ne jamais faire dévitaliser une dent. Risquer votre santé pour préserver une dent n’a tout simplement pas de sens. Malheureusement, il y a beaucoup de gens qui en ont déjà. Si vous en avez, vous devriez sérieusement envisager de faire enlever cette dent, même si elle paraît saine. Rappelez-vous, dès que votre système immunitaire est compromis, votre risque de développer un problème médical grave augmente – et les agressions contre votre système immunitaire sont beaucoup trop fréquentes dans le monde d’aujourd’hui.

Si on vous enlève une dent, il y a quelques options qui s’offent à vous.

  1. Une prothèse partielle: c’est une prothèse amovible, c’est l’option la plus simple et la moins coûteuse.
  2. Un bridge: c’est un montage plus permanent qui ressemble à une vraie dent, mais est un peu plus compliqué et coûteux.
  3. Un implant: c’est une dent artificielle permanente, généralement en titane, implantée dans vos gencives et la mâchoire. Il y a quelques problèmes en raison de réactions aux métaux utilisés. Le zirconium est un matériau d’implant plus récent qui est prometteur et présente moins de complications.

Mais se contenter de retirer la dent et insérer une sorte de remplacement n’est pas suffisant.
Les Dentistes apprennent à enlever la dent mais laissent le ligament parodontal. Et comme vous le savez maintenant, ce ligament peut servir de terrain fertile pour les bactéries mortelles. La plupart des experts qui ont étudié dans ce sens, recommandent de retirer le ligament, ainsi qu’un millimètre de la base osseuse, afin de réduire considérablement votre risque de développer une inflammation des tissus infectés par des bactéries restantes.

Je recommande fortement de consulter un dentiste holistique car ils sont particulièrement formés pour faire ces extractions correctement et en toute sécurité, tout en étant aptes à enlever lesamalgames au mercure, si nécessaire. Leur approche des soins dentaires est beaucoup plus holistique et considère l’impact sur l’ensemble de votre corps, pas seulement votre bouche.

Si vous avez besoin de trouver un dentiste holistique dans votre région, je recommande de consulter holodent.fr (11). Cette organisation, créée par Estelle Vereeck, est une organisation très sérieuse qui a lutté pour protéger et éduquer les consommateurs afin qu’ils puissent prendre des décisions meilleures et plus éclairées au sujet de leurs soins dentaires.

par le Dr. Mercola

Références :

Ressources :

Commentaires

25 COMMENTAIRES

  1. en même temps, on en a quasi tous des dents dévitaliser alors comment arriver à faire une vrai relation de cause à effet… combien de personne avec des dents dévitalisées ont eu des cheveux blancs ? combien de personne avec des dents dévitalisées se souviennent de leurs rêves ? …

  2. j’ai pas lu l’article mais je sais que les plomb qui sont dans les dent son tres tres dangereux pour le cerveau cause de mercure et autre je compte bientot me faire mettre la pate blanche bcp plus sains

    • Si tu fais faire une dépose des amalgames dentaires (plombages) pour les changer par des composites, récupère le protocole de dépose sécuritaire pour limiter les risques au max car c’est un acte dangereux. Je dis où le trouver dans mon commentaire sur les métaux lourds

    • je compte changer de dentiste pour un dentiste holistique (je connais meme pas) si j’en trouve un pas trop loin de cher moi j’ai trouver un site qui répertorie les dentistes holistique , je savais que cetait pas bon deja mais manque de moyen ,mais la je vais tt faire pour viré ma dent dévitalisé ou changer le plombage ,verras bien ce que me dis le dentiste holistique deja ,merci a toi man

  3. Je me pose tout de meme des questions sur les implants car je prevois de m en faire poser. ce pourrait etre une porte pour les bacteries vers la machoire, non ?

  4. Ces mini-tubes sous la dent (tubulines, tubulures) dont il est question dans l’article, se gorgent de mercure qui ensuite s’écoule tel un goutte-à-goutte dans le corps via la circulation et va s’accumuler prioritairement dans les tissus graisseux, migrer vers le système nerveux central. Un plombage (amalgame dentaire) = 50% de mercure et 50% alliage divers, non stable. Le mercure s’echappe et on l’absorbe par inhalation, par déglutition, par la circulation via les tubulines.

  5. Les métaux lourds (appelés “éléments-traces métalliques” toxiques tels que mercure, aluminium, arsenic, plomb, cadmium, étain…) sont présents partout (amalgames, vaccins, pesticides, additifs alimentaires, cosmétiques, transmission pendant la grossesse…). Beaucoup d’études internationales sérieuses existent mais sont niées par la France. Des traitements (chélation) médicaux ou naturels existent. L’intoxication chronique n’est pas reconnue en France, la chélation n’est pas prise en charge. Plusieurs médecins ont lancé des alertes, les autorités sanitaires les ont fait taire (harcèlement, diffamation, radiation, interdiction d’exercice, suicide…), tels que le Dr Melet, le Dr Boutrais (documentaire “Alerte au mercure” dispo sur YouTube à regarder), le Professeur Joyeux, Véronique Gouget… Et beaucoup d’autres. En cause : big pharma qui contrôle les autorités sanitaires, les ordres des médecins et des dentistes, l’académie de médecine. En France, un peu plus d’une dizaine de médecins sont officieusement formés à la chélation. Les métaux lourds sont neurotoxiques, immunotoxiques, provoquent des lésions (réparables si on nourrit correctement son corps et son cerveau avec l’alimentation et la supplémentation) et des dysfonctionnements (symptômes variés, divers syndrômes et maladies, électrosensibilité). Ils détruisent les enzymes et provoquent de multiples carences, des problèmes pour digérer le gluten et la caséine et une cascade de problèmes variés, le mercure en particulier favorise des résistances (bactériennes ex : la borrélia qui donne la borréliose c’est à dire maladie de lyme transmises par les tiques, autre ex : le champignon candida albicans). Pour lyme, le test élisa n’est pas fiable, le test western-blot un peu plus.
    Les tests pour les métaux lourds ne sont pas fiables en France car ils sont faits sans chélateur permettant de mettre en évidence l’intoxication. Sans chélateur, les quantités circulant dans le sang ou excrétées via les émonctoires donc dans l’urine sont en deça du taux maximal, le reste étant stocké dans les organes. Pour ce test cher, on injecte un chélateur qui va attirer des métaux (minéraux et éléments-trace toxiques) puis sera éliminé via l’urine analysée (si les quantités montre des taux supérieurs aux normes pour certains éléments, il y a intoxication). Il n’existe pas de test montrant les quantités accumulées : pour cela il faudrait faire des biopsies de chaque organe dont le cerveau. Le “bioscan” est une arnaque.
    La chélation médicale doit être accompagnée par un médecin formé : on nettoie d’abord le milieu extra-cellulaire avec le dmps, puis quand les tests redeviennent normaux (ce qui peut prendre 1, 2, 3… ans) on change le chélateur pour nettoyer le milieu intra-cellulaire avec le dmsa qui a la particularité de traverser et d’ouvrir la barrière hémato-encéphalique (si on ne nettoie pas, avant d’ouvrir cette barrière, le milieu extra-cellulaire, on risque de surcontaminer l’intra-cellulaire, en particulier le système nerveux) jusqu’à ce que le test avec le dmsa redevienne normal. Pendant le temps de la chélation les symptômes doivent régresser. Il peut y avoir des effets secondaires grâves, il est donc impératif de renforcer les émonctoires (foie, reins) avant et pendant la chélation, et de supplémenter (vitamines et minéraux et anti-oxydants, en particulier le zinc) de façon personnalisée et réadaptée en fonction des tests (les chélateurs attirant aussi les bons minéraux). Une alimentation sans gluten et sans caséine est nécessaire avant et pendant la chélation.
    La chélation naturelle est une pratique autonome : moins coûteuse mais plus longue, elle doit observer les mêmes rêgles au niveau alimentaire et supplémentation en vitamines et minéraux et anti-oxydants. De multiples chélateurs naturels existent. Il faut associer un chélateur principal tel que : la chlorella (mais même cultivée en Europe elle semble déjà contaminée donc au mieux inefficace, au pire toxique), la zéolite clinoptilolite (à privilégier, en cures régulières avec des pauses), le charbon actif. À ce chélateur principal qui va nettoyer l’extra-cellulaire (bien qu’on dise que la zéolite “pourrait” nettoyer le système nerveux) il faut ajouter le glutathion (un anti-oxydant que le corps fabrique, qui peu passer la barrière hémato-encéphalique et dont il faut booster la production avec les ingrédients nécessaires via la supplémentation et l’alimentation). La coriandre feuilles (uniquement les feuilles) en infusion est intéressante car elle “aurait” la capacité d’ouvrir les barrières cellulaires et de favoriser une remise en circulation de toxines, qu’il faudra absorber au maximum en ayant pris un chélateur (chlorella ou zéolite ou charbon actif) environ une demie heure avant de boire l’infusion (40 gouttes d’une teinture-mère de coriandre feuilles dans une tasse d’eau chaude). Pour éviter les intéractions entre chélateurs et suppléments, on supplémente le matin et on chélate le soir.
    Les aliments riches en souffre ou en sélénium (choux, noix du brésil, ail des ours…) sont à mettre au menu. Les oléagineux (avocats,noix de Grenoble et autres noix) ainsi que les oméga 3 (colza, graines de lin, noix de grenoble, sardines et maquereaux surtout pas les autres poissons) et l’huile de coco (pour la cuisson, voire une cuillère à café à manger comme ça) sont de bons aliments qui favorisent la régénération du cerveau (lésions dues aux toxines), sport, sommeil, limiter l’absorption des métaux lourds dans l’environnement (bio ou bien laver fruits et légumes, cosmétiques…).
    La vitamine d est souvent oubliée alors que sa carence (comme la carence en glutathion) est impliquée dans nombres de pathologies dont les maladies neurologiques, donc à tester. Pour la supplémentation en vitamine d, privilégier la marque zymad (additifs ok) plutôt qu’uvédose (additifs toxiques) sur prescription remboursée, ou l’acheter en magasin bio.
    Une dépose des amalgames (non prise en charge) est souhaitable si on a l’argent, mais à condition de respecter impérativement un protocole de sécurité très précis (à imposer au dentiste) disponible sur le blog fibromyalgie et métaux lourds ou dans les livres de Françoise Cambayrac.
    Quelques références :
    Livre “Vérités sur les maladies émergentes” de Françoise Cambayrac.
    Livre “Traitements naturels par la désintoxication personnalisée” de Céline Adam et Mario Chaput.
    Livre “Et si vous manquiez de vitamine d ?” de Didier le Bail.
    Plusieurs livres sur Lyme sur le site lanutrition.fr
    Livres divers dont l’alimentation sur le site des éditions mosaïque-santé. Groupe fb “fibromyalgie et métaux lourds”.
    Blog http://fibroetmetaux.canalblog.com/
    Blog http://www.vitamined.over-blog.com
    Site http://www.lanutrition.fr
    Documentaire Alerte au mercure https://m.youtube.com/watch?v=MCaJrQF05zE
    Recherches à faire :
    site du laboratoire spécialisé “micro-trace” en Allemagne, glutathion (comment booster la production, quels ingrédients…), zéolite…

  6. 100% des malades en fin de vie on mangé du poulet dans leur vie, ldoit on interdire le poulet? Ce raisonement ne tient pas. Du même genre 95% des héroinomane ont commencer par le canabis, est ce que les fumeurs de canbis devriendront tous tox. Voila de beaux sophismes qui montre la fausseté de ce raisonnement.

  7. parmi les solutions , o, n nous dit de faire un bridge, ce que l’auteur ne sait pas c’est qu’en réalisant un bridge on doit taiier les dents voisines du site de la dent à remplacer, alors en taillant ces dents on va sectionner des milliers et des milliers de ces tubilis dentinaires et en faire des milliers de porte d’entrée pour les bactéries dans la salive et la cavité buccale en général, donc de cette manière on aura seulement deux solutions l’implant et la prthèse partielle amovible

LAISSER UN COMMENTAIRE