Interview de l’actrice Jenny McCarty sur les vaccinations et la guérison de son fils

97018423Jenny McCarthy : C’est en 2005 que l’on a diagnostiqué l’ chez mon fils Evan. Il n’y a pas le moindre doute dans mon esprit que c’est la vaccination qui a déclenché l’ chez mon fils. Nous le croyons vraiment parce que nous étions là, et que nous avons pu observer ce qui s’est passé après que nous soyons rentés de chez le médecin. Nous avons été les témoins directs de cette régression progressive d’un enfant qui avait toujours été en parfaite , c’est de nos propres yeux que nous avons vu que cet enfant s’est éteint petit à petit.

Journaliste : L’Académie de pédiatrie et d’autres continuent cependant de dire qu’il n’y a pas de liens entre les et l’autisme. Ils continuent de dire que le risque de ne pas vacciner pourrait même être pire. Pourriez-vous nous dire pourquoi ces personnes ne sont guère disposées à reconnaître le lien entre vaccination et autisme ?

Jenny McCarthy : Et bien, quand on y réfléchit bien, la raison, c’est qu’il y a un énorme business pour les compagnies pharmaceutiques.

Journaliste : Paul Offit est l’un de ces médecins qui explique que cette crainte des est à rechercher dans le pouvoir des anecdotes. Il précise qu’il est opposé à ces histoires personnelles irrésistibles. Il précise : nous devons trouver les moyens de rendre la vraie science plus contraignante et il ajoute : il y a des que l’on pourrait éviter ; il y a des enfants qui meurent parce qu’ils ne sont pas vaccinés.

Jenny McCarthy : Il y a aussi des gens qui meurent à la suite des vaccins ! Mon fils Evan était mort devant moi pendant deux minutes…et, on continue à vacciner contre la rougeole, la grippe…

Ce sont ces gens-là qui doivent se réveiller et arrêter d’endommager la de nos enfants. Nous ne disons jamais aux gens de ne pas se faire vacciner.

Est-il vraiment si difficile de réaliser que ce que nous voulons, ce sont des vaccins qui ne présentent aucun danger, ainsi que des programmes de vaccinations beaucoup plus sûrs.

Journaliste : Vous avez déclaré que votre fils était maintenant guéri de l’autisme, une chose que la communauté médicale déclare impossible.

Jenny McCarthy : Exact

Journaliste : Voulez-vous bien expliquer comment vous avez fait pour qu’il puisse guérir de l’état dans lequel il se trouvait il y a 2, 3 ans.

Jenny McCarthy : Oui, il est bel et bien guéri comme des milliers d’autres enfants. Nous avons suivi des traitements biomédicaux qui consistaient essentiellement à changer d’, à donner des vitamines, des suppléments alimentaires. Nous avons dû assurer la détoxification du corps, l’élimination des métaux, du candida. Dans le cas d’Evan, nous n’avons pas fait de chélation. Nous nous sommes contentés de faire les autres traitements médicaux, et il a guéri.

97018378La raison pour laquelle la communauté médicale éprouve tant de difficultés à ce sujet, c’est parce que nous avons traité et guéri un dommage causé par les vaccins.

Personnellement, je prie pour que les parents puissent reprendre leur pouvoir, qu’il y ait de plus en plus d’histoires de personnes qui reprennent leur santé en mains, comme aussi celle de leurs enfants. Il s’agit ici d’une véritable .

Journaliste : N’est-il pas dangereux de prendre ainsi en charge ses problèmes de santé, étant donné que techniquement vous n’êtes pas médecin. D’autres parents qui ont pris les choses en mains ne sont pas non plus médecins.

Jenny MacCarthy : C’est exact. – Mais je pense vraiment que les parents doivent prendre en mains la santé de leurs enfants. Il ne s’agit évidemment nullement de concocter des médicaments dans sa cuisine !

Personnellement, je pense que c’est la cupidité qui a rendu quasi impossible l’évolution des programmes de vaccination. Combien n’y a-t-il pas de parents qui, avec ce qui se passe, commencent à crier, à hurler parce que c’est la santé de nos enfants qu’ils endommagent.

VIDEO DE L’INTERVIEW:

Jenny McCarthy talks to CNN on how she cured her sons Autism caused by VACCINATIONS!

Source : ExpoVaccins via Fibro et Métaux

Articles recommandés :

Commentaires